Année 2016

Construction d’une école à Rag Var’oun

Tableau noir, école de Rag Var'oun

L’école de 18m sur 4 comporte trois classes de 6m sur 4 et les toilettes de 2m sur 2 avec réserve d’eau. Une cour est délimitée par des pierres et des plantations brise-vent. Le bâtiment est édifié en pierres taillées sur place et jointées. Cette école permet la scolarisation des 75 enfants et la nominations des enseignants.

Écoliers de Rag Var'oun

Aide alimentaire à Lagueïla

Au vue de la situation économique (absence de tourisme), des conditions climatiques et à la demande de la communauté villageoise nous avons reconduit l’aide alimentaire afin d’assurer une scolarité régulière aux 22 enfants scolarisés. La coopérative villageoise et l’école ont amélioré la rentabilité du jardin, mais la sécheresse sévit dans cette région saharienne et la pauvreté est présente.

Poursuite des partenariats scolaires en France et en Mauritanie

Échange scolaire 2016

  • Échanges entre les écoles de Chaudeney, Pierre-la-Treiche, Lay-St-Rémy et Laguéïla, N’Terekt, Rag et Dakhlet Lem’ize
  • À Foug, l’école du Luton correspond avec Rag Var’oun

Échange scolaire 2016

  • Échanges entre Oum Echenad et les groupes scolaires Saint-Èvre et la Sapinière de Toul
  • Intervention à l’école du Luton Foug sur le thème « les différences de culture »
  • Échanges avec le club «Copain du Monde» (Secours Populaire) et l’école d’Oum Echenad

Jardin d'enfants

  • Fête de la communication à l’Arsenal Toul : confection de cartes pour les enfants mauritaniens, jeux mauritaniens avec 2 amis mauritaniens, QCM avec indices
  • Intervention dans les écoles du Toulois sur les thèmes «La vie des nomades» et « L’eau, source de vie » en Mauritanie

Échange avec l'école de Dakhlet Lem'ize

  • Semaine de la Solidarité au lycée agricole de Bar-le-Duc
  • Rencontre en Mauritanie pour Rolande Bernat présidente de l’association

Échange avec l'école de Rag Yagrehf

Jardin maraîcher de Rag Var’oun

Puits de Rag Var'oun

La coopérative de femmes a acheté le terrain. Le puits est à rénover et une pompe solaire est nécessaire pour assurer l’irrigation.

Jardin de Rag Var'oun

Cette activité maraîchère crée un revenu pour les habitants, maintient les familles dans la localité et permet aux enfants d’être scolarisés. La seule ressource actuellement est l’élevage. Les femmes ont clôturé le terrain et ont commencé quelque plantations (palmiers dattiers, carottes…).

Les actions de sensibilisation à la solidarité internationale

Jardin de Rag Var'oun

Cette présence permet de faire connaître la Mauritanie, son peuple, son artisanat et les difficultés actuelles. Elle nous permet également de récolter des fonds, de développer et de valoriser le travail des coopératives de femmes mauritaniennes (vente de bijoux). Notre présence en Mauritanie et les bonnes relations avec nos partenaires mauritaniens nous permettent de suivre l’évolution des projets sans ingérence. Les échanges scolaires favorisent cet état d’esprit.

Écolières

Chaque année, lors de notre venue en Mauritanie et en collaboration avec l’association « Waha Medrassa », nous rencontrons les villageois et les enfants des écoles de nos projets antérieurs. Ainsi,nous pouvons suivre les écoles de Laguéïla, Dakhet Lem’ize, N’terekt, Rag, Oum Echenad et de El Berbara. Ce suivi nous permet de pérenniser les réalisations.

Carottes

Cette année, suite à la rupture de la réserve d‘eau du quartier Meshiers d’Atar, nous avons fait une aide alimentaire supplémentaire au jardin d’enfants géré par la coopérative « Echaaba ». Les conditions de vie dans cette région de l’Adrar sont de plus en plus difficiles et nous devons ajuster notre aide aussi bien au niveau de la scolarisation que de l’aide locale.

Artisanat

Année 2015

Réalisation d’un jardin d’enfants dans le quartier d’El Menshia d’Atar

Rencontre avec la coopérative de femmes « Echaaba » responsable du projet

La ville d’ATAR compte 20 000 habitants. La population de certains quartiers tel que El Menshia est pauvre et démunie. Le manque de travail et le manque de touristes ont fortement affecté la vie socio-économique de cette population.

L'école de Echaaba

Dans sa demande la coopérative « Echaaba » exprime l’objectif de ce jardin d’enfants :

Les habitants de Echaaba

Nous aurons la possibilité d’offrir à une soixantaine d’enfants, de 3 à 6 ans, du quartier le loisir par le jeu, un repas par jour, une hygiène et une éducation de base nécessaire à leur développement intellectuel futur. C’est aussi pour nous une contribution pour atténuer les conséquences néfastes des disparités économiques sur nos enfants.

Enfants du quartier

Enfants du quartier

Un bâtiment avec terrasse comprenant deux salles (une classe et une salle de jeux), un espace ouvert pour les repas, une cuisine, des toilettes et un magasin pour la coopérative de femmes.

Enfants du quartier

Enfants du quartier

En janvier, 45 enfants ont été accueillis par deux salariés (préscolarisation) et deux personnes en cuisine. Un jardinier assure la surveillance à partir de 20 heures. Les autres postes sont assurés par les bénévoles de la coopérative Echaaba. L’alphabétisation et l’éducation des parents sera pris en charge par une personne formée en accord avec l’inspection académique.

Enfants du quartier

Enfants du quartier

Concernant le besoin alimentaire, l’achat des matières premières sera assuré par la coopérative Echaaba. Il sera financé par la cotisation des membres, la vente de leur artisanat, la production des légumes de l’association et l’aide de l’état (farine, sucre…).

Enfants du quartier

Enfants du quartier

Enfants du quartier

Notre association fournira les trois premiers mois de fonctionnement : salaires et aide alimentaire. Le coût du projet est de 27 000 €.

Aide alimentaire aux 22 enfants scolarisés à Laguéïla

Enfants de Laguéïla

La situation climatique (sécheresse), économique et politique (absence du tourisme) fragilise les familles de Laguéïla et entraîne l’aggravation de la pauvreté et l’apparition de malnutrition chez les enfants. Le jardin permet l’apport de légumes.

Cette aide offerte par votre association a contribué à maintenir le taux de scolarisation à Laguéïla.

Le coût de ce projet est de 2000 €.

Poursuite du parteneriat avec les écoles du Toulois

Échange avec les écoles du Toulois

Ces échanges maintiennent une relation solidaire entre ces deux cultures.

Échange avec les écoles du Toulois

  • Chaudeney-sur-Moselle correspond avec Laguéïla et Rag.
  • Pierre La Treiche correspond avec N’Terekt.
  • Lay Saint Rémy correspond avec Laguéïla et Dakhlet Lem’ize.
  • Toul La Sapinière et Saint-Èvre correspondent avec Oum Echenad où sont scolarisés 90 enfants.
  • L’école du Luton de Foug correspond avec El Berbara.
  • Une visite aux jardins d’enfants (la Louvière à Toul et la Créchendo à Velaine)

Puits de N’Terekt

Puits de N'Terekt

Le puits construit en 2010 et financé par notre association avait une profondeur de 12 mètres. Le niveau de la nappe aquifère permettait un bon fonctionnement à l’aide d’une pompe. Le niveau ayant varié, il a été nécessaire de sur-creuser le puits et d’ajouter des éléments en béton sur deux mètres.

Jardin de N'Terekt

Jardin de N'Terekt

L’eau puisée irrigue le jardin communautaire où sont cultivés carottes, betteraves rouges, oignons, haricots rampants, sorgho… Ces légumes et céréales sont la base des repas mauritaniens, d’où l’importance de la bonne alimentation du puits. Le jardin assure une autosuffisance alimentaire et un revenu.

Artisanat

Vente d'artisanat

Vente d'artisanat

La vente de l’artisanat au cours de nos manifestations permet la valorisation du travail des coopératives de femmes.

Année 2014

École d'El Berbara

Construction d’une école à El Berbara

Le village compte une trentaine de familles. Il est situé sur les rebords rocheux et à l’extrémité d’un canyon occupé partiellement par une palmeraie.

Classe de l'école d'El Berbara

La population est pauvre, l’activité économique est basée sur l’élevage et la culture des palmiers mais la sécheresse de ces dernières décennies, le manque de touristes ont fortement affecté la vie socio-économique. La présence de la source assure un approvisionnement en eau mais la profondeur du canyon rend difficile son accessibilité d’où un surcoût et un retard dans la construction.

Sur les 12 500 € correspondant au devis initial, 14 500 € ont été versés. L’inauguration a eu lieu en janvier 2015.

Aide alimentaire à Laguéïla

Soupe de sorgho avant la classe

Au vue de la situation économique (absence de tourisme), des conditions climatiques et à la demande de la communauté villageoise nous avons reconduit l’aide alimentaire (un repas par jour pris à l’école) afin d’assurer une scolarité régulière aux 24 enfants scolarisés. L’aide est gérée par l’instituteur Mohamed ould Bigué.

La coopérative villageoise et l’école ont intensifié la rentabilité du jardin mais la sécheresse sévit dans cette région saharienne et la pauvreté est présente.

Électrification de l'école et recharge des portables

Oum Echenad: électrification de l’école et de 9 cases communautaires

Électrification des cases où les enfants font leurs devoirs

La convention avec Électriciens sans frontière est signée le 15 septembre 2014. ESF assure l’étude technique du projet. L’entreprise Oulala d’Atar réalise les travaux selon l’étude technique et forme un responsable du matériel électrique (M. Alyi Abdena).

Électrification des cases où les enfants font leurs devoirs

Une Oasis, une École construit un bâtiment annexe pour y mettre les installations et finance l’installation sur devis.

Échange avec l'école de Chaudeney

Poursuite des partenariats avec les écoles du Toulois

Échange avec l'école de Chaudeney

Des échanges réguliers s’effectuent entre les écoles mauritaniennes et les écoles du Toulois. Les deux premières photos montrent une intervention dans l’école de Chaudeney.

Échange avec une école en Mauritanie

La dernière photo montre les réalisations dans une école en Mauritanie.

Dakhlet Lem’ize : création d’un jardin

Jardin maraîcher de Dakhlet Lem'ize

La coopérative féminine agricole « Nejah oumley Amar » composée de 80 femmes, « qui ne manquent pas de volonté et de courage », a exprimé le souhait de créer un jardin maraîcher de 16 ares le long de l’Oued et de la Grara et de l’irriguer. Ceci permettra de créer des activités pour les habitants, de lutter contre la pauvreté, de maintenir les familles dans la localité et de suivre leurs enfants en les scolarisant et d’obtenir un revenu.

Marché du Monde Solidaire

Manifestations

France : sensibilisation à la solidarité internationale

Hôtel de Région Lorraine

Nous sommes intervenus lors du Marché du Monde Solidaire, organisé par le Conseil Générale de Meurthe-et-Moselle.

Mauritanie

Rencontre avec Madame la Ministre de l'Économie et du Tourisme

Nous avons rencontré Madame la Ministre de l’Économie et du Tourisme à Chinguetti en janvier 2015.

Festival des villes caravanières

Durant la même période, nous avons également été présents au festival des villes caravanières à Chinguetti.

Année 2013

Habitation de Oum Echenad

Scolarisation à Oum Echenad

Oum Echenad est une localité située sur le rebord Ouest du massif de l’Adrar, désertée par l’activitée touristique. La centaine de familles présente a dû faire face et maintenir l’activité ancestrale : l’élevage et la culture saisonnière dans la Grara.

Regroupement villageois de Oum Echenad

Le regroupement villageois désire ouvrir à ses soixante-seize enfants des perspectives positives, d’où leur volonté de les scolariser.

Nouvelle école de Oum Echenad

À la rentrée 2013—2014, 89 enfants sont scolarisés dans la nouvelle école. Ils sont répartis sur les trois classes et l’enseignement est assuré par les trois instituteurs. Des toilettes sont à la disposition des enfants.

Toilettes de l'école de Oum Echenad

Aide alimentaire à Laguéïla

Aide alimentaire à Laguéïla

Nous finançons l’achat de denrées alimentaires telles que le riz, le sorgho, la viande, du thon, des sardines, de la farine… L’instituteur gère la « cantine » et les familles confectionnent un repas journalier aux enfants scolarisés. Cette aide permet de maintenir la taux de scolarisation.

Coopérative de femmes de Rag

Nos projets valorisent le travail des femmes. L’achat de l’artisanat apporte un soutien important et un revenu aux coopératives de femmes, très touchées par la situation actuelle dans la région Sahara-Sahel.

Échange avec les écoles du Toulois

Poursuite du partenariat avec les écoles du Toulois

Échange avec les écoles du Toulois

Des échanges réguliers s’effectuent entre les écoles mauritaniennes et Chaudeney-Pierre-la-Treiche, Lay-Saint-Rémy et le collège de la Croix de Metz à Toul. Nous intervenons dans de nombreuses écoles du Toulois et également dans des lycées de la région lorraine.

Année 2012

Village de tariouvet

Développement local à Tariouvet

Filtrage du lait de chamelle à Tariouvet

Tariouvet est un village rural au Nord-Est d’Atar, près de Tawaz. Ces nomades ne vivent actuellement que de l’élevage. L’achat d’un cheptel de vaches, chèvres, brebis et chamelles a permis la vente de lait frais et la création d’emplois (chameliers et chévriers). Le bénéfice réalisé sera investi dans la création d’un jardin communautaire irrigué par l’eau du puits rénové.

Cheptel de Tariouvet

Scolarisation à Dakhlet Lem’ize

Tentes du village de Dakhlet Lem'ize

Village de Dakhlet Lem'ize

Il s’agit d’un village rural au Sud-Ouest d’Atar sur le désert de pierre. Il compte quarante familles vivant sur le plateau rocheux de l’Adrar et au niveau de l’Oued. Les habitations sont principalement des tentes. L’école comporte deux classes et les toilettes avec réserve d’eau. Trente-six enfants sont actuellement scolarisés dans de bonnes conditions.

École du village de Dakhlet Lem'ize

Puits du village de Dakhlet Lem'ize

Nous avons inauguré l’école le 13 janvier 2013 en présence des autorités locales, du président de Waha Medrassa et de l’instituteur.

Inauguration de l'école du village de Dakhlet Lem'ize

Aide alimentaire à Laguéïla

Vues les conditions climatiques et économiques, nous avons financé vingt repas journaliers confectionnés par quatre familles bénévoles afin de poursuivre dans de bonnes conditions la scolarisation des enfants. Les repas sont distribués par l’instituteur.

Jardin du village de Dakhlet Lem'ize

Le jardin assure un complément en légumes (carottes, …).

Poursuite du partenariat avec les écoles du Toulois

Échange scolaire avec les écoles du Toulois

Les échanges ont lieu entre les écoles de Rag, N’Terekt, Laguéïla et Dakhlet Lem’ize et, en Lorraine, Chaudeney-Pierre-la-Treiche, Lay-Saint-Rémy et le collège de la Croix de Metz à Toul.

Rag, 2011

Rag

École et puits à Rag, village du reg aux conditions difficiles

La case école de Rag

Le village de Rag Yaghref est situé à 70 km à l’ouest d’Atar dans le reg, désert de pierre. 40 familles y résident 40 familles. Le projet initial était de remplacer une case école par un bâtiment en dur comportant deux classes ainsi que des toilettes.

L'école de Rag, rentrée 2011

La case école faite de branchages de tabaski, ouverte aux quatre vents ne répondait pas du tout aux besoins de scolarisation de ce village. En effet une cinquante d’enfants sont en âge d’être scolarisés. En novembre 2011, une classe a été ouverte. À la rentrée 2012, l’ensemble des enfants sera scolarisé.

L'école de Rag, rentrée 2011

La construction d’un puits et la plantation de végétaux coupe-vent ont complété cette réalisation répondant ainsi à une autre urgence, construire un point d’eau et apporter un complément alimentaire par la réalisation d’un jardin communautaire. Les conditions de vie sont difficiles, la région est désertique et il n’y avait pas de point d’eau, donc pas de culture vivrière. L’eau était achetée, transportée par camions ou très souvent par les ânes et mise dans des réservoirs.

Le puits en construction

Partenariat avec les écoles

Opération « Courir pour eux »

Le partenariat avec les écoles de Chaudeney‑Pierre-la-Treiche, Lay Saint Rémy, le collège Croix de Metz à Toul et les écoles mauritaniennes permet de faire connaître la Mauritanie et son artisanat et de développer les coopératives de femmes mauritaniennes. Lors de l’opération «Courir pour eux» notre association a été dans de nombreuses écoles du toulois et notamment à Toul.

Opération « Courir pour eux »

Échange scolaires

N’Terekt, 2010

Nouvelle école de N'Terekt

N’Terekt : un village aux moyens modestes

Il s’agissait de remplacer une case école par un bâtiment en dur comportant deux classes pour le village de N’Terekt situé à 180 km au Sud d’Atar dans un désert de pierre et de sable. Des plantations de tamaris (brise vent) et la construction d’un puits ont complété cette réalisation.

Écoliers devant les plantations

Cette case école regroupe trente deux élèves (15 garçons et 17 filles). Cette construction de fortune, régulièrement entretenue par les villageois, n’abrite les enfants « ni du soleil et encore moins du vent et du froid ». Ces conditions constituent une difficulté supplémentaire à la transmission du savoir.

Puits de N'Terekt

Les plantations de tamaris sont indispensables au regard de l’environnement difficile de la région (région rocheuse, en altitude balayée par les vents, avancement des dunes). Ces plantations permettent aussi d’éduquer les enfants au respect et à l’importance de l’environnement, en particulier de l’arbre.

Un point d’eau existe mais la construction d’un vrai puits permet de disposer de plus de cultures vivrières.

Jardin de N'Terekt

Ce projet contribue à la survie de ce village rural aux moyens très modestes. Il nécessite 16 000 €.

Inauguration de l’école, janvier 2011

En présence de Mohamed Barka, président de Waha Medrassa, de Mohamed Sidi Amar, chef du village, de Mohamed El Alem, maire de Ain Savra dont dépend N’Terekt, de M. Sadio, instituteur et de Rolande bernat, présidente de Une oasis, une école, l’école a été inaugurée et nommée Ecole du Bonheur.

École de N'Terekt

Partenariat avec les écoles primaires

L’école de N’Terekt est jumelée avec la classe de CM1-CM2 de Pierre-La-Treiche. Un échange de correspondances a déjà eu lieu et se poursuivra à la rentrée 2011.

École de N'Terekt

Chinguetti : le poulailler, 2009

Rencontres 2009

Mai 2009 à Chinguetti, Mauritanie

Le maire de Chinguetti

Le trésorier de Waha Medrassa et Taawniya Desert

En présence de Mohamed Barka, nous avons rencontré le maire de Chinguetti et le trésorier des associations Waha Medrassa et Taawniya Desert.

Septembre 2009 à Velaine-en-Haye, France

Visite à l'école de Chaudeney

Visite au collège de la Croix de Metz

Accueil de Mohamed en France :

  • École de Chaudeney (Moselle)
  • Collège de la Croix de Metz, à Toul
  • Maison de la polyculture à Lucey
  • Soirée à Chaudeney, participation de la mairie et du conseil régional de Lorraine

Réalisation 2009

Les ouvriers et le responsable des travaux

Coopérative avicole à Chinguetti

Dans le contexte actuel de crise alimentaire, l’achat de viande devient de plus en plus difficile pour les familles. L’association Taawniya désert – Coopérative du désert – s’est constituée pour travailler en partenariat avec l’association Une oasis, une école, à la construction d’un poulailler à Chinguetti. Celui-ci assure une production d’œufs et de poules de chair vendus au « prix le plus bas » afin de permettre aux populations les plus isolées et les plus nécessiteuses de se procurer viande et œufs nécessaires à leur équilibre alimentaire et d’assurer de meilleures conditions de vie aux enfants de ces oasis.

Le poulailler

En Mauritanie, Mohamed Ould Barka, président de l’association Waha Medrassa et de l’association Taawniya désert assume le fonctionnement du poulailler.

Cette association s’engage à redistribuer les bénéfices supplémentaires dans des actions permettant l’aide au développement local, par exemple : aide alimentaire directe, aide à la scolarisation, à la santé…

En France, l’association Une Oasis, une École a récolté des fonds, suit leur utilisation, rend compte et assure le fonctionnement pendant 6 mois. La réalisation de ce projet a nécessité 25 000 €.

Partenariat avec les écoles

Avec le collège de la Croix de Metz de Toul, un travail sur la différence se fait avec une classe.

Le partenariat avec les écoles primaires se poursuit avec notamment la participation à la fête de la Com’ : intervention de notre association dans les écoles de Foug et de Blénod-lès-Toul.

Vente de colliers artisanaux

Au cours de différentes manifestations telles que Marché du Monde Solidaire, nous présentons un diaporama sur la vie des nomades de l’Adrar et nous vendons des bijoux et de l’artisanat mauritaniens réalisés par des coopératives de femmes des petites oasis.

Le bénéfice est entièrement reversé et permet de continuer notre partenariat scolaire et d’assumer les projets.

Oasis de Laguéïla 2007-2008

L'école actuellement construite

Construction de l’école de Laguéïla, 2007

L’Oasis de Lagueïla compte une centaine d’habitants. Elle est située au milieu des dunes de Lemghali à 11 km au sud de Chinguetti dans l’Adrar en Mauritanie.

Dans l’oasis de Lagueïla en Mauritanie, il s’agit de financer la construction et l’équipement d’une école, d’un jardin pédagogique, du logement de l’instituteur et d’un puits proche de l’école et des cases.

Grâce au travail sur place des membres de Waha Medrassa et des fonds récoltés par Une oasis, une école (6500 €), l’école est construite et la matériel scolaire est acheté (1500 €).

Le gouvernement mauritanien a nommé un enseignant et la rentrée a eu lieu en novembre 2007.

Transport à dos de chameaux

Tous les matériaux de construction ont été acheminés à dos d’ânes ou de chameaux. Il n’y a pas de piste…

L’entretien de l’école sera réalisé par les habitants.

Rencontre en juillet 2007

Rencontre de juillet 2007

En juillet 2007, notre association a rencontré les habitants de l’oasis et les responsables de l’association Waha Medrassa.

Découverte des dessins

Au cours de cet échange, Mohamed Ould Barka présente aux enfants de Lagueïla les travaux réalisés par les enfants des écoles de Chaudeney et de Lay Saint Rémy. Les petits mauritaniens sont émerveillés et émus qu’on ait fait des dessins pour eux en France et attendent avec impatience de futurs échanges.

Une classe du Toulois

Inauguration de l’école

Le 12 mars 2008, notre association, représentée par Rolande Bernat, a été reçue par l’association Waha Medrassa à l’oasis de Laguïla.

Les élèves, âgés de 5 à 13 ans, leur maître Mohamed Oudaa, le chef du village et le président Mohamed Ould Barka nous accueillaient dans leur belle école.

Les élèves devant l'école

Mots et chants de bienvenue, échanges de correspondance, de dessins, de posters avec les deux écoles du Toulois, cadeaux, distribution de petit matériel scolaire, de livres et beaucoup de photos. Autant de moments émouvants et riches d’espoir. Les contacts avec la population (distribution de vêtements, achats de bijoux artisanaux, discussions autour du thé) ont été chaleureux.

Accueil de Mohamed Ould Barka du 1er au 11 juillet 2008

Suite à l’invitation faite par Une Oasis, Une École, la venue en France de Mohamed Ould Barka, président de l’association Waha Medrassa, fut un moment important pour notre association.

Lors de ce séjour, de nombreux contacts avec nos partenaires ont eu lieu :

Conseil Général 54
Conseil Général 54 Au cours de cette rencontre très conviviale avec M. Pissenem, Vice-Président et M. Loctin, Conseiller Général, Mohamed évoquent le rôle important de chacun.
Velaine-en-Haye
Mohamed fait le point sur le projet 2007-2008 au Député-Maire de Velaine-en-Haye, M. Morenvillier. Il expose également notre projet 2009 : une coopérative avicole.
Inspection Académique de Toul
Mme Astruc, de l’Inspection Académique de Toul, nous accueille chaleureusement dans ses locaux.
Les écoles de Chaudeney et de Lay Saint Remy
Lay-Saint-Rémy Chaudeney Moments privilégiés entre les deux cultures. les questions des enfants fusent : «Tu es venu à pied ?», «Il neige chez toi ?». À Chaudeney (seconde photo), M. Javelle, Maire, ainsi que ses deux adjoints, MM. Rassinoux et Schwrda, étaient présents.
Collège de la Croix de Metz
Collège de la Croix de Metz Nous avons visité le collège de la Croix de Metz à Toul en présence de Mme Jay, documentaliste. La classe 5D a réalisé une bourse aux livres afin de permettre le financement du jardin.

Au cours de ces différents entretiens, des pistes de travail, des projets, des sources de financement ont été avancés.

En fond, la case de l'instituteur

Août 2008 : construction de la case de l’instituteur

La case de l’instituteur, éclairée par panneaux solaires, sert également de salle d’étude.

Le puits avec sa pompe

Juin - septembre 2008 : construction du puits et réalisation du jardin

  • construction d’un nouveau puits avec réserve d’eau, installation d’une pompe alimentée par panneaux solaire et adduction d’eau jusqu’à l’école
  • réalisation un jardin irrigué par l’eau du puits (culture de légumes tels que carottes, courges, navets, choux, …) si nécessaire à la population
  • création d’un espace bibliothèque, en cours de réalisation

Le puits avec, en avant plan, le jardin

Le puits avec la pompe alimentée par le panneau solaire

Le montant de ces modifications s’élève à 11 000 €.

Le partenariat avec les deux groupes scolaires de Chaudeney et de Lay-Saint-Remy, ainsi qu’avec la classe du collège de la Croix de Metz de Toul, est poursuivi.