Année 2020

Au vu des difficultés croissantes en cette année 2020, les habitants des oasis isolées de l’Adrar ont dû faire face à la situation préoccupante de l’augmentation de la pauvreté dans cette partie du Sahara, à l’absence de revenus, à l’approvisionnement difficile en eau, aux problèmes de santé provoqués par la pandémie et à une déscolarisation des filles entrainant des mariages précoces.

La crise sanitaire que nous traversons nous atteint tous, dans des proportions diverses et comme grand nombre d’associations, Une Oasis, Une École s’est efforcée de maintenir son action. Depuis 13 ans, nos actions permettent la scolarisation d’enfants des oasis isolées de l’Adrar et portent également sur l’aide au développement local afin d’améliorer les conditions de vie de ce peuple nomade : construction de puits et de jardins, achat de cheptel.

Le projet initial a été adapté aux besoins constatés. M. Taleb est le représentant local d’Une Oasis, une École. Il est chargé de l’exécution et du suivi du projet. À ce titre, nous lui versons une indemnité mensuelle.

Aide à la scolarisation

Restauration de l’école de Faress

École de Faress

Faress est un village situé à 7 km au sud est de la grande palmeraie de M’heireth. Il fait partie de la commune de Maaden. L’école accueillait 45 à 50 élèves dans 2 salles délabrées d’où la nécessité de la restaurer.

Suite à la crise sanitaire et aux décisions du gouvernement sur les dates d’ouverture et de fermeture des écoles, le calendrier de cette restauration et nos possibilités de la financer ont évolué.

École de Faress

Le devis basé sur les factures est de 6600 €. Les 80 % de la subvention de la Région GrandEst versée fin octobre et un don particulier ont permis de restaurer l’école de Faress : réfection du toit et du sol, renforcement des murs. Les enfants de Faress sont rentrés le 18 janvier dans les 2 classes sécurisées et pourront apprendre dans de bonnes conditions.

Centre Echaaba

Aide Jardin d’enfants « Echaaba » Atar

Centre Echaaba

L’association Une Oasis, une École a créé en 2015 un centre d’enfants « Echaaba » situé dans un des quartiers pauvres d’Atar (Mauritanie). La pandémie a déclenché une crise alimentaire inquiétante. Le manque crucial de structures de santé inquiète les dirigeants et interpelle la communauté mondiale, y compris la France.

Centre Echaaba

Nous y accueillons chaque jour 50 enfants de 3 à 6 ans de familles très démunies, souvent monoparentales et sans ressources. Nous prenons en charge le fonctionnement du centre : loyer, complément alimentaire pour les chèvres, l’alimentation des enfants (une soupe de sorgho le matin, un verre de lait de chèvre à 11 h, un repas à 14 h), leur scolarisation et le financement des 5 salaires. Depuis mars, date de la fermeture du centre pour cause de pandémie, notre association Une Oasis, une École a financé, jusqu’à fin août, une distribution mensuelle de denrées alimentaires de première nécessité (huile, pâtes, farine, sucre et lait…) aux 27 familles les plus démunies dont les enfants étaient pris en charge par le centre « Echaaba » à Atar ainsi que 75 % des salaires.

Centre Echaaba

Au 1er septembre, les 50 enfants se sont retrouvés avec joie et ils ont participé aux activités encadrées par le personnel qualifié (jeux éducatifs, préscolarisation). Mais début décembre, nouvelle fermeture jusqu’au 11 janvier, nous avions demandé à la coordinatrice régionale du ministère des Affaires sociales, de l’Enfance et de la Famille, le droit de donner le repas aux enfants par petits groupes au centre, mais aucune exception n’a été permise. Nous avons alors repris l’aide aux familles et le versement de 75 % des salaires.

Centre Echaaba

Afin d’assurer le fonctionnement du centre d’enfants et l’aide alimentaire liée à la crise sanitaire, nous avons versé la somme de 13 000 €.

Centre Echaaba

À cette somme s’ajoutent les frais d’eau, électricité, achat de quelques jeux, de petites chaises. Ils ont été réglés par le centre d’enfants. Lors de notre venue au mois de janvier 2020, nous avons apporté du petit matériel scolaire et des produits hygiéniques tels que savons, crèmes, etc. Nous avons fait parvenir un colis de peluches pour les plus jeunes. La prise en charge médicale des enfants est assurée par le dispensaire d’Atar.

Centre Echaaba

Participation à l’action de sensibilisation à la scolarisation des jeunes filles organisée par les « Lueurs de l’espoir »

La somme allouée par notre association à cette action est de 2 000 €.

Radio Mauritanie Atar

L’association Les Lueurs de l’Espoir a pour principal objectif de lutter contre la déscolarisation des filles des oasis isolées l’Adrar y compris à Atar et donc de limiter les mariages précoces. Cette association a mis en place une campagne de sensibilisation durant l’année 2020 :

  • À l’aide de 20 animateurs communautaires, « porte à porte » et distribution de matériel d’information.
  • Réalisation d’émissions radio diffusées en collaboration avec la station radio à Atar (Radio Mauritanie Atar). Lors de notre séjour en janvier 2020 a été prévue une interview commune à nos deux associations. Notre association a financé une campagne d’information de 16 jours (location d’un 4x4, carburant) sur les conduites à tenir en période de crise sanitaire avec distribution de masques, de gel et de savon.

Échanges scolaires Delme/Nioumkanne

Poursuite du partenariat avec les écoles du Toulois et de Lorraine

École de Foug

Cette année 2020 ne nous a pas permis d’assurer toutes nos actions en milieu scolaire. Malgré le contexte quelques interventions ont eu lieu:

  • Rencontre en Mauritanie pour Rolande Bernat présidente d’Une Oasis, une École en janvier 2020.
  • Travail avec le Conseil Municipal des Jeunes de Foug : suite du projet avec remise de la somme de 300 € pour le centre d’enfants en février 2020.
  • Partage et Solidarité au LEGTA de Pixérécourt Malzéville dans le cadre du Festival AlimenTerre : « Femmes de la Terre » ici et en Mauritanie en classe de seconde avec exposition photos et diaporama en accès au CDI fin novembre et début décembre 2020.

Lycée de Pixérécourt

Aide au développement local

Le devis initial était de 8000 € réparti entre 6000 € pour Une Oasis, une école et 2000 € pour Les Lueurs de l’Espoir.

Initialement, nos deux associations avaient décidé d’aider la communauté villageoise de Sala, banlieue pauvre d’Atar avec un projet d’achat d’un cheptel de chamelles à Sala. Ce projet devait créer 2 emplois (berger et vendeur). Ce cheptel complétait le petit troupeau de chèvres achetés grâce aux actions menées par les écoles de Foug, de Domgermain et le lycée Majorelle de Toul.

L’achat des chamelles n’a pas été réalisé faute de ressources suffisantes liées à la crise sanitaire. Pour 2020, les ventes ne sont que de 6493 € pour un budget prévisionnel de 22 187 €.

Cependant, nous avons les chèvres et les chevreaux et d’autres idées ont émergé. Sur le modèle d’une association existante au Sud Maroc Une fille, une chèvre, nous pouvons envisager de donner une chèvre à une famille qui s’engage à scolariser une jeune fille au collège.

Échanges scolaires Delme/Nioumkanne

Les actions de sensibilisation à la solidarité internationale

Concert au Bois de Haye

  • Participation à l’exposition de photographie « Portraits de Solidarité Internationale » en octobre 2020 au Conseil Départemental 54.
  • Partage et solidarité au Lycée de Pixérécourt en novembre 2020.
  • Articles de sensibilisation sur la crise sanitaire en Mauritanie.
  • Appel à dons.
  • Festival des migrations et de la citoyenneté au Luxembourg fin février 2020.
  • Partenariat avec le Conseil Municipal des Jeunes de Foug pour l’action solidaire.
  • Participation aux Prix Initiatives Région BPALC : notre dossier a été pré-sélectionné mais non récompensé.
  • Concert de Swing Orchestra au Bois de Haye en mars 2020.

Festival des migrations et de la citoyenneté

Année 2019

École de Nioumkan 2019

Aide à la scolarisation

Construction d’une école à Nouimkan

École de Nioumkan 2019

Pour un budget de 15 800 €, nous avons construit un bâtiment comprenant deux classes capables d’accueillir les 50 enfants à la rentrée d’octobre 2019. Les toilettes sont séparées. Un puits existe à proximité du terrain de l’école. Les instituteurs habitent la localité.

École de Nioumkan 2019

Aide alimentaire aux enfants Laguéïla scolarisés à Chinguetti

Au vu des conditions de vie très difficiles (sécheresse, isolement), l’aide financée par notre association (2000 €) contribue à maintenir le jardin communautaire mais les enfants ont été scolarisés, pour l’instant, à Chinguétti. Nous espérons un retour vers Laguéïla.

École de Nioumkan 2019

L’état mauritanien effectue des regroupements d’écoles faute d’instituteurs surtout dans la partie désertique d’où le risque de déscolarisation des nomades.

Aide Jardin d’enfants « Echaaba » Atar

École de Nioumkan 2019

La population de certains quartiers tels que El Menshia Hay Aziz est pauvre et démunie. L’absence d’hygiène, les habitations précaires en terre, l’analphabétisme important ont des répercussions sur les enfants. Le manque de travail a fortement affecté la vie socio-économique de cette population. Le tourisme a repris, un espoir pour cette population.

Jardin d'enfants Echaaba 2019

Au vu des événements et en partenariat avec la coopérative de femmes « Echaaba », nous avons décidé de les aider à maintenir l’accueil de 40 à 50 enfants des familles les plus démunies. L’aide apportée au jardin d’enfants (7500 €) permet de maintenir les 5 emplois. Les 4 chèvres données par les écoles constituent un potentiel à développer.

Jardin d'enfants Echaaba 2019

Chaque mois nous finançons les 5 salaires, le loyer du bâtiment et l’aide alimentaire. Celle-ci consiste en un soupe de sorgho à 8 h, une galette de pain vers 11 h et un repas vers 13 h: plat unique avec un féculent accompagné de morceaux de viande ou de poisson.

Poursuite du partenariat avec les écoles du Toulois et de Lorraine

Partenariat 2019

  • Échanges entre les écoles de Chaudeney, Pierre-la-Treiche, Villey-le-Sec, Lay-Saint-Rémy, N’Terekt, Rag Var’oun et Dakhlet Lem’ize sur le thème de l’eau, des moments de vie et des traditions.
  • Travail avec le Conseil Municipal des Jeunes de Foug.
  • Atelier solidarité « École des Champions » CC2T avec Velaine-en-Haye.
  • Travail avec l’école de Domgermain : moments de vie et traditions.
  • Travail avec l’école maternelle de Delme : travail sur le monde des nomades.
  • Semaine de la laïcité au Lycée Commercy.
  • Intervention dans les écoles du Toulois sur les thèmes « La vie des nomades » et « L’eau, source de vie ».
  • Partage et Solidarité au lycée agricole de Bar-le-Duc. Travail sur le palmier dattier.
  • Semaine culturelle au Lycée Majorelle Toul.
  • Rallye des Solidarité au Marché du Monde Solidaire, Conseil Départemental 54.
  • Rencontre en Mauritanie pour Rolande Bernat, présidente d’« Une Oasis, une École ».

Partenariat 2019

Aide au développement local : Village d’Embeitih

Afin de subvenir aux besoins des familles, la communauté villageoise de Embeitih, représentée par El Bon O’Ehmeid et la responsable de la coopérative de femmes El Ghalia M’El Issawi, nous a soumis son projet de vente de lait frais.

Cette activité est génératrice de revenus réguliers, car les Mauritaniens des centres urbains consomment et achètent quotidiennement beaucoup de lait frais. Cette source de revenus permettra aux femmes la mise en place d’un jardin maraîcher qui produira les légumes indispensables à la nourriture des enfants.

En septembre, après discussion avec le chef du village et M. Taleb, il a été décidé que nous financerions sur ce projet la construction d’enclos et l’achat d’une citerne pour le ramassage, pour 2000 €.

Partenariat 2019

Actions de sensibilisation à la solidarité internationale

La vente de l’artisanat mauritanien produit par les coopératives de femmes permet le développement de leur savoir-faire et leur assure un revenu même modeste.

Partenariat 2019

  • Marché du Monde Solidaire au Conseil Départemental 54
  • Rallye des solidarités
  • Partage et solidarité Lycée Vilmorin de Bar-le-Duc
  • Laïcité et tolérance au Lycée Commercy
  • Exposition avec Danièle Gérard
  • Participation à différents festivals
  • Émission de radio « Cache-cache Micro » sur Radio Déclic
  • Participation à « Octobre Rose » avec l’association « Partage Loisir » à Velaine-en-Haye
  • Partenariat avec le conseil municipal des Jeunes de Foug
  • Projet avec l’école de Domgermain
  • Partenariat avec l’école du Luton à Foug
  • Projet avec l’école maternelle de Delme
  • Concert avec le groupe « L’Assaut Swing » à Velaine-en-Haye
  • Présentation de l’artisanat mauritanien et vente sur invitation
  • Brocantes et marchés de Noël en Lorraine

Année 2018

En janvier 2019, au cours de notre venue en Mauritanie, M. Barka nous a montré les réalisations du projet mais le jardin d’enfants était fermé, les explications étaient contradictoires. Nous avons financé tout le projet sur factures.

Aide à la scolarisation

Trois chèvres

Aménagement du jardin d’enfants

L’aménagement du jardin d’enfants s’accompagne d’une mise en place d’une activité solidaire (commerce) assurant la pérennité de son fonctionnement.

Jardin d'enfants

  • L’acquisition d’un terrain de 20m × 18m attenant à la cour actuelle permet l’agrandissement du jardin potager, l’aménagement de quelques jeux extérieurs et l’aménagement d’un enclos pour les 3 chèvres financées par l’école du Luton de Foug et par une action menée par une classe de première du lycée Majorelle de Toul.

  • Afin d’accueillir davantage d’enfants dans de meilleures conditions et afin de préserver la préscolarisation très importante pour les enfants de ce quartier, nous avons financé 6 mois de salaires du personnel du jardin d’enfants et une aide alimentaire. Le travail est rare dans cette région et malgré toutes les difficultés, ces femmes ont eu à coeur de maintenir le jardin d’enfants.

  • Aide à la mise en place d’une activité commerciale solidaire. L’objectif était d’assurer un revenu régulier et correct permettant la pérennité du jardin d’enfants.

Aide alimentaire aux enfants scolarisés à Laguéïla

Au vu de la situation économique (retour timide du tourisme), des conditions climatiques et à la demande de la communauté villageoise, nous avons reconduit et financé l’aide alimentaire. La coopérative villageoise a amélioré la rentabilité du jardin, Cette aide aurait été distribuée aux familles de Lagueïla scolarisant les enfants à Chinguetti (regroupement).

Visite dans le Toulois

Poursuite du partenariat avec les écoles du Toulois

Des actions ont été menées tout au long de l’année scolaire 2017—2018.

Visite dans le Toulois

  • À Foug à l’école du Luton et à Chaudeney-sur-Moselle, diaporama accompagnant un travail sur les activités des mamans de Mauritanie et d’ici.
  • Travail avec le Conseil Municipal des Jeunes de Foug.
  • Projet avec une classe de première du lycée Majorelle de Toul « Connaissance de l’autre » subventionné par la Région Grand-Est.
  • Semaine culturelle au Lycée Majorelle de Toul.
  • Semaine de la laïcité au lycée de Commercy.
  • Partage et Solidarité au lycée agricole de Bar-le-Duc.
  • Venue de Mohamed Barka, visite dans les écoles partenaires.

Aide au développement local

Chateau d'eau

Adduction d’eau à Agkmourette

Adduction d'eau

L’association a financé l’adduction d’eau jusqu’au château d’eau et sa distribution jusqu’au « village ». Mettre en place un accès durable à l’eau constitue un important facteur d’amélioration des conditions de vie et de santé. Grâce au forage, l’eau est puisée directement dans la nappe phréatique, la pompe solaire refoule l’eau vers le château d’eau qui alimente par gravité le point d’eau. Cette eau est consommable par la population. La distribution de l’eau se fait à l’aide de conduites en PVC.

Artisanat

Artisanat

Avec la reprise du tourisme, les coopératives de femmes essaient de diversifier leur artisanat. Nous avons moins de difficultés à nous approvisionner en produits finis. Nos ventes sont satisfaisantes. Nous privilégions le travail des coopératives de femmes y compris celles des petites oasis isolées.

Les actions de sensibilisation à la solidarité internationale

Actions de sensibilisation

  • Marché du Monde Solidaire (CD 54), les 17-18/11/2018.
  • Rallye des solidarités, le 16/11/2018.
  • Exposition « Une Oasis, Une École » et D. Gérard aquarelliste à la Cathédrale de Toul.
  • Participation à différents festivals : Multifest Metz, FASo Sampigny, Festival du Voyage à Vélo.
  • Émissions de radio : « Cache-cache Micro » sur radio Déclic en partenariat avec les écoles du Toulois, RCF lorraine, France Bleue.
  • Participation avec l’Association Partage Loisir à « Octobre rose » à Velaine en Haye, le 06/10/2018.
  • Concert avec le groupe Barzingault à Velaine en Haye, le 20/04/2018.
  • Présentation de l’artisanat mauritanien et vente sur invitation (Lycées de Toul, Lunéville, Courcelle-Chaussy, club de marche, etc).
  • Brocantes, marchés de Noël en Lorraine.
  • À la Fnac : couverture de livres lors de la rentrée scolaire, emballage des cadeaux en collaboration avec Oxfam et Amnesty International pendant le mois de décembre 2018.

Actions de sensibilisation

Cette présence permet de faire connaître la Mauritanie, son peuple, son artisanat et les difficultés actuelles. Elle nous permet également de récolter des fonds, de développer et de valoriser le travail des coopératives de femmes mauritaniennes (vente de bijoux).

Nous rencontrons les villageois et les enfants des écoles de nos projets antérieurs. Ainsi, nous pouvons suivre les écoles, ainsi que l’évolution des jardins et de la vente du lait. Ce suivi nous permet de pérenniser les réalisations mais nous devons aussi accepter des regroupements d’écoles décidés par le gouvernement (El Berbara et Laguéïla).

Années 2007 à 2017

Aide à la scolarisation

L’association Une Oasis, une École a financé huit écoles localisées dans des oasis isolés de l’Adrar et a permis la scolarisation d’environ 400 enfants.

2007 : école de Laguéïla

Les élèves devant l'école

L’Oasis de Lagueïla compte une centaine d’habitants. Elle est située au milieu des dunes de Lemghali à 11 km au sud de Chinguetti dans l’Adrar en Mauritanie.

Soupe de sorgho avant la classe

Dans l’oasis de Lagueïla en Mauritanie, il s’agit de financer la construction et l’équipement d’une école, d’un jardin pédagogique, du logement de l’instituteur et d’un puits proche de l’école et des cases.

À partir de 2012, nous avons fait une aide alimentaire à cette école afin de maintenir le taux de scolarisation.

2010 : école de N’Terekt, village aux moyens modestes

Nouvelle école de N'Terekt

Il s’agissait de remplacer une case école par un bâtiment en dur comportant deux classes pour le village de N’Terekt situé à 180 km au Sud d’Atar dans un désert de pierre et de sable. Des plantations de tamaris (brise vent) et la construction d’un puits ont complété cette réalisation.

Écoliers devant les plantations

Cette case école regroupe trente deux élèves (15 garçons et 17 filles). Cette construction de fortune, régulièrement entretenue par les villageois, n’abrite les enfants « ni du soleil et encore moins du vent et du froid ». Ces conditions constituent une difficulté supplémentaire à la transmission du savoir.

2011 : école de Rag Yaghref, village du reg aux conditions difficiles

La case école de Rag

Le village de Rag Yaghref est situé à 70 km à l’ouest d’Atar dans le reg, désert de pierre. 40 familles y résident 40 familles. Le projet initial était de remplacer une case école par un bâtiment en dur comportant deux classes ainsi que des toilettes.

L'école de Rag, rentrée 2011

La case école faite de branchages de tabaski, ouverte aux quatre vents ne répondait pas du tout aux besoins de scolarisation de ce village. En effet une cinquante d’enfants sont en âge d’être scolarisés. En novembre 2011, une classe a été ouverte. À la rentrée 2012, l’ensemble des enfants sera scolarisé.

2012 : école de Dakhlet Lem’ize

Village de Dakhlet Lem'ize

Il s’agit d’un village rural au Sud-Ouest d’Atar sur le désert de pierre. Il compte quarante familles vivant sur le plateau rocheux de l’Adrar et au niveau de l’Oued. Les habitations sont principalement des tentes. L’école comporte deux classes et les toilettes avec réserve d’eau. Les enfants sont actuellement scolarisés dans de bonnes conditions.

École du village de Dakhlet Lem'ize

Nous avons inauguré l’école le 13 janvier 2013 en présence des autorités locales et de l’instituteur.

2013 : école d’Oum Echenad

Habitation de Oum Echenad

Oum Echenad est une localité située sur le rebord Ouest du massif de l’Adrar, désertée par l’activitée touristique. La centaine de familles présente a dû faire face et maintenir l’activité ancestrale : l’élevage et la culture saisonnière dans la Grara.

Nouvelle école de Oum Echenad

Le regroupement villageois désire ouvrir à ses soixante-seize enfants des perspectives positives, d’où leur volonté de les scolariser.

Électrification des cases où les enfants font leurs devoirs

À la rentrée 2013—2014, 89 enfants sont scolarisés dans la nouvelle école. Ils sont répartis sur les trois classes et l’enseignement est assuré par les trois instituteurs. Des toilettes sont à la disposition des enfants.

Électrification des cases où les enfants font leurs devoirs

En 2014, en partenariat avec « Électriciens sans frontières », des unités photovoltaïques seront mises en service dans neuf cases communautaires.

2014 : école de El Berbara

École d'El Berbara

Le village compte une trentaine de familles. Il est situé sur les rebords rocheux et à l’extrémité d’un canyon occupé partiellement par une palmeraie.

Classe de l'école d'El Berbara

La population est pauvre, l’activité économique est basée sur l’élevage et la culture des palmiers mais la sécheresse de ces dernières décennies, le manque de touristes ont fortement affecté la vie socio-économique. La présence de la source assure un approvisionnement en eau mais la profondeur du canyon rend difficile son accessibilité d’où un surcoût et un retard dans la construction.

2015 : jardin d’enfants Echaaba Atar

Rencontre avec la coopérative de femmes « Echaaba » responsable du projet

La ville d’ATAR compte 20 000 habitants. La population de certains quartiers tel que El Menshia est pauvre et démunie. Le manque de travail et le manque de touristes ont fortement affecté la vie socio-économique de cette population.

L'école de Echaaba

Dans sa demande la coopérative « Echaaba » exprime l’objectif de ce jardin d’enfants :

Enfants du quartier

Nous aurons la possibilité d’offrir à une soixantaine d’enfants, de 3 à 6 ans, du quartier le loisir par le jeu, un repas par jour, une hygiène et une éducation de base nécessaire à leur développement intellectuel futur. C’est aussi pour nous une contribution pour atténuer les conséquences néfastes des disparités économiques sur nos enfants.

Écoliers de Rag Var'oun

2016 : école de Rag Var’oun

École de Rag Var'oun

L’école de 18m sur 4 comporte trois classes de 6m sur 4 et les toilettes de 2m sur 2 avec réserve d’eau. Une cour est délimitée par des pierres et des plantations brise-vent. Le bâtiment est édifié en pierres taillées sur place et jointées. Cette école permet la scolarisation des 95 enfants et la nominations de trois enseignants.

Échange avec l'école de Chaudeney

Partenariats avec les écoles du Toulois

Échange avec une école en Mauritanie

Des échanges réguliers s’effectuent entre les écoles mauritaniennes et les écoles du Toulois. Ces contacts permettent aux enfants de découvrir une autre culture et de développer chez eux la tolérance et la solidarité.

Dessins pour l'école de Foug

Aide locale

Le puits avec, en avant plan, le jardin

L’association a financé des puits et irrigué des jardins communautaires. Ces jardins permettent de créer des activités pour les habitants, de lutter contre la pauvreté, de maintenir les familles dans la localité, de suivre leurs enfants en les scolarisant et d’obtenir un revenu.

Jardin maraîcher de Dakhlet Lem'ize

Jardin de Rag Var'oun

Ces jardins pris sur le désert permettent la culture de légumes tels que carottes, courges, betteraves rouges, haricots, si nécessaires à la population.

Tariouvet est un village rural au Nord-Est d’Atar, près de Tawaz. Ces nomades ne vivent actuellement que de l’élevage. L’achat d’un cheptel de vaches, chèvres, brebis et chamelles a permis la vente de lait frais et la création d’emplois (chameliers et chévriers). Le bénéfice réalisé est investi dans la création d’un jardin communautaire irrigué par l’eau du puits rénové.

Cheptel de Tariouvet

Coopérative de femmes de Rag

Artisanat

Artisanat

Nos projets valorisent le travail des femmes. L’achat de l’artisanat apporte un soutien important et un revenu aux coopératives de femmes, très touchées par la situation actuelle dans la région Sahara-Sahel.

Actions de sensibilisation à la solidarité internationale

Sensibilisation

Ces actions ont lieu :

  • dans les écoles du Toulois et dans les lycées : semaine de la solidarité à Bar-le-Duc, semaine de la citoyenneté à Commercy et Lunéville, …
  • lors de manifestations festives telles que Marché du Monde Solidaire, Femmes Artistes, Talents de Femmes, Festilive, …

Sensibilisation

  • lors de concerts,
  • lors d’actions du conseil municipal des jeunes de Foug,
  • lors de brocantes,
  • via notre adhésion au réseau GESCOD.

Sensibilisation

Toutes ces actions ont permis à notre association d’être reconnue et estimée.