La crise sanitaire que nous traversons nous atteint tous, dans des proportions diverses. Comme grand nombre d’associations Une Oasis, Une École s’est efforcée de maintenir son action, en ce temps de confinement.

Voici quelques nouvelles de la Mauritanie et des mesures que l’association a jugé urgent de mettre en place.

  • En Mauritanie, la fermeture de toutes les frontières aériennes, maritimes et terrestres, y compris entre les régions, et de tous les lieux publics depuis le 23 mars, a permis que la pandémie soit plus contenue. À ce jour, c’est un point positif, mais les autorités gouvernementales ont décidé la poursuite du confinement jusqu’au 26 mai.

    Il a toutefois assoupli de trois heures la durée du couvre-feu nocturne, qui est reculé de 18 h à 21 h. Cette nouveauté est l’unique mesure prise au cours de ce conclave dudit comité, qui a reconduit les autres mesures préventives prises par la Mauritanie pour empêcher la propagation du Coronavirus dans le pays. 23/04/2020 (source Cridem).

  • À cette crise sanitaire s’ajoute une crise alimentaire surtout dans l’Adrar et le Tagant. La plupart des denrées alimentaires sont importées et le manque de travail augmente la précarité de nombreuses familles.

Distribution de vivres pour la crise du COVID-19

  • Au mois d’avril, en accord avec notre partenaire local Mohamed Taleb et sous son contrôle, deux distributions de vivres de première nécessité ont été organisées. 25 familles dont les enfants étaient pris en charge par le centre « Echaaba » ont reçu cette aide alimentaire indispensable, si l’on veut maintenir l’état sanitaire de ces 50 enfants.

  • D’autre part, en accord avec eux, les cinq salariés du centre « Echaaba » recevront fin avril, 75 % de leur salaire. Ce geste de solidarité nous permet d’augmenter l’aide alimentaire.

Distribution de vivres pour la crise du COVID-19

  • Le confinement étant toujours appliqué au mois de mai, cette aide alimentaire et le paiement des salaires seront renouvelés.

  • Malgré notre détermination à maintenir le fonctionnement du centre, le problème de la continuité se posera si nous ne pouvons pas reprendre nos activités en été. À ce jour, il est évident que nous sommes obligés de différer la remise en état de l’école de Faress.

Gardons espoir, c’est déjà un soulagement que la Mauritanie, grâce à des consignes draconiennes, puisse faire face à cette pandémie. Merci à tous de votre soutien.

Prenez soin de vous, prenons soin de notre entourage proche et lointain.