Aide à la scolarisation

Atar

Le projet porte sur l’aménagement du jardin d’enfants et la mise en place d’une activité (commerce) assurant sa pérennité et son fonctionnement pour 19 800 €.

Coopérative de femmes

La ville d’Atar compte 20 000 habitants. La population de certains quartiers tel que El Menshia est pauvre et démunie. L’absence d’hygiène, les habitations précaires en terre, l’analphabétisme important ont des répercussions sur les enfants. Le manque de travail, le manque de touristes ont fortement affecté la vie socio-économique de cette population.

Dans sa demande la coopérative « Echaaba » exprimait l’objectif de ce jardin d’enfants.

Coopérative de femmes

Nous aurons la possibilité d’offrir à une soixantaine d’enfants du quartier le loisir par le jeu, un repas par jour, une hygiène et une éducation de base nécessaire à leur développement intellectuel futur. C’est aussi pour nous une contribution pour atténuer les conséquences néfastes des disparités économiques sur nos enfants.

Coopérative de femmes

Depuis 3 ans le jardin d’enfants accueille 45 enfants dont les familles sont très démunies, souvent sans ressource et dont leurs conditions se sont encore aggravées lors de la rupture de la réserve d’eau. La coopérative de femmes « Echaaba » doit faire face à l’afflux d’enfants et surtout à la gestion des salaires et de l’aide alimentaire (soupe de sorgho le matin et repas à 14h). Les familles versent très irrégulièrement la modeste somme demandée et la « boutique » de la coopérative ne génère pas suffisamment de revenus pour assurer l’aménagement et l’agrandissement du jardin d’enfants, voire sa pérennité. Aussi, en partenariat avec la coopérative de femmes « Echaaba », nous avons décidé de les aider à poursuivre l’accueil, les repas et surtout la pré-scolarisation de ces enfants, à mettre en place un commerce solidaire mieux situé, proche de la population active : le marché d’Atar. Ces femmes sont courageuses.

Coopérative de femmes

  • Agrandissement et aménagement : 5000 €. Un terrain de 20×18m disponible attenant à la cour actuelle, accordé par la mairie d’Atar, permettra l’agrandissement du jardin potager et l’aménagement de quelques jeux extérieurs.

  • Aide au fonctionnement pour 6 mois : 2200 € pour l’aide alimentaire et 2600 € pour les salaires. Afin d’accueillir davantage d’enfants dans de meilleures conditions et afin de préserver la pré-scolarisation très importante pour les enfants de ce quartier, nous assurerons 6 mois de salaires du personnel du jardins d’enfants et une aide alimentaire. En 2017, ce personnel a travaillé parfois bénévolement. Le travail est rare dans cette région et malgré toutes les difficultés, ces femmes ont eu à cœur de maintenir le jardin d’enfants.

  • Aide à la mise en place d’une activité commerciale solidaire : 10 000 €. L’objectif est d’assurer un revenu régulier et correct permettant la pérennité du jardin d’enfants. Elles ont trouvé une « loge » au marché central d’Atar. Notre aide portera sur la caution, les 9 premiers mois de loyer, l’aménagement et les marchandises (alimentation principalement).

Laguéïla

Le projet porte sur une aide alimentaire aux enfants scolarisés à Laguéïla pour 1900 €.

Laguéïla

Les 20 enfants scolarisés ont un repas journalier après la classe. Les plus jeunes ont une bouillie de sorgho avant de commencer la classe. L’aide est gérée par l’instituteur. Les familles préparent les repas. Les quelques légumes proviennent du jardin communautaire à la charge de la coopérative de femmes et de l’école.

Cette aide alimentaire permet depuis 6 ans de maintenir le taux de scolarisation dans cette localité très isolée où de nouvelles familles s’installent. À la rentrée 2017-2018, il y a 14 enfants en première année et 6 en deuxième et troisième. Cette répartition est un gage de continuité dans la scolarisation.

Poursuite des partenariats avec les écoles mauritaniennes

Chaudeney

Des échanges s’effectuent entre les écoles mauritaniennes et les écoles du Toulois. Des actions sont prévues en 2018 notamment sur le thème « les femmes de ce peuple nomade » et la mise en place d’un projet avec une classe du lycée Majorelle de Toul.

Aide au développement local

Lecture

Ce projet porte sur l’adduction d’eau à Agkmourette pour 3700 €.

Le forage se trouve isolé par rapport aux tentes des habitants et à l’école construite en 2017. Nous financerons l’adduction d’eau jusqu’au château d’eau dont nous assurons la construction et la distribution d’eau jusqu’au « village ».

Thé

Mettre en place un accès durable à l’eau constitue donc un important facteur d’amélioration des conditions de vie et de santé, mais ceci permet aussi aux enfants d’aller à l’école et aux femmes d’occuper leur temps à d’autres activités que celle de la corvée d’eau qui dure parfois plusieurs heures…

Artisanat

Artisanat

Les coopératives de femmes subissent les conséquences de l’absence de touristes. Nous avons plus de difficultés à nous approvisionner en produits finis alors que nos ventes sont satisfaisantes. Nous privilégions le travail des coopératives de femmes en priorité qui permet le développement de leur savoir-faire et leur assure un revenu même modeste.

L'école des champions

Actions de sensibilisation à la solidarité internationale

Ces échanges contribuent à l’apprentissage de la tolérance, de la différence et de la solidarité et à faire connaître ce peuple nomade : les Maures. En Mauritanie Lors de notre visite, nous rencontrons nos partenaires, les villageois. Ces échanges permettent de tisser des liens d’amitié.

Conseil municipal des jeunes de Foug

Marché du monde solidaire